La sécurité de certains examens médicaux en question

Étiquettes

, , , , , , ,

Je viens de lire un article de Paul Benkimoun dans le journal « Le Monde » du 3 juin 2013, le voici :

http://www.lemonde.fr/sante/article/2013/06/03/alerte-sur-la-desinfection-des-sondes-d-echographie_3423042_1651302.html

Image1

Copie d’écran de l’article en question

L’introduction est particulièrement intéressante je la reproduis ici :

« Pourquoi la France continue-t-elle à appliquer aux sondes d’échographie endocavitaire une procédure de désinfection de niveau bas quand les Etats-Unis, l’Allemagne, le Canada, l’Australie, l’Espagne, la Suisse ou la Turquie ont choisi un niveau supérieur ? »

Je résume à grands traits le contenu tout en vous conseillant vivement la lecture intégrale de l’article : en France depuis 5 ans, le niveau de désinfection des sondes endocavitaires ( anales, vaginales, oesophagiennes… ) a été revu à la baisse alors qu’ailleurs, le niveau de sécurité précédent a été maintenu. 

Bravo donc à nos médecins et à leurs lobbys ! Le gain de temps et d’argent est ici évidemment le but recherché, la santé du patient passant très largement au deuxième plan.

L’article a bien évidemment suscité une levée de boucliers unanimes des organisations représentatrices des médecins et des praticiens eux-mêmes toujours très enclins à défendre leur bon droit et leurs revenus, les deux apparaissant, comme à l’habitude, très liés.
Les arguments, les mots utilisés, la rhétorique utilisés sont classiques dans ce genre de situation : laissons donc les professionnels travailler !

Bon, je ne suis pas médecin ni spécialiste de la santé, mais tout cela m’inspire tout de même trois réflexions que je ne peux pas garder pour moi :

  • Si je suis contaminé par une sonde mal désinfectée par un praticien un peu trop vénal ou un peu trop pressé, une fois sorti du cabinet médical, qui ira démontrer que mon infection par le virus de l’herpes, de l’hépatite C ou du sida a été contractée à ce moment là ? On comprend alors bien mieux, dans ces conditions, la totale décontraction des praticiens à cet égard !
  • Pourquoi ma santé a-t-elle moins de prix que celle de mes voisins européens ( allemands, danois, espagnols… ) ?
  • Jamais, ô grand jamais, je n’aurais cru possible que dans mon pays tant aimé, les recommandations en terme d’hygiène soient inférieures à ce qu’elles sont en Turquie !

Franchement, voila un signe tangible supplémentaire de l’effondrement de mon cher pays et cela me rend vraiment très triste.